Modrić n’est pas responsable des injustices du passé

Beaucoup ne comprennent pas le sacre de Luka Modrić qui est pourtant loin d’être immérité.

 

 

Après le prix UEFA et The Best acquis précédemment, Luka Modrić a reçu le Ballon d’Or 2018, hier soir à Paris. C’est donc une année presque parfaite pour le milieu de terrain croate qui a notamment remporté sa quatrième Ligue des Champions avec le Real Madrid et emmené sa sélection en finale du Mondial.

Un Ballon d’Or incompris ?

En remportant ce trophée, Modrić met donc fin au règne sans partage de Messi et Ronaldo, qui ont remporté les dix dernières éditions à part égale. Ces derniers ont tellement mis la barre haute en termes de buts et de passes décisives que d’aucuns trouvent Modrić illégitime et se demandent ce qu’il a de plus qu’un Iniesta par exemple. Seule la FIFA a la réponse à cette question car en 2012, Iniesta aurait pu l’emporter en étant le chef d’orchestre de l’Espagne championne d’Europe. Idem pour Sneijder en 2010, après son triplé en club (Ligues des Champions, championnat et coupe) avec l’Inter et un parcours formidable en sélection lors du Mondial sud-africain perdu en finale contre l’Espagne. Sans oublier le Ballon d’Or 2013, qui aurait pu revenir à Neuer, vrai pilier du Bayern champion d’Europe. Ces dix dernières années, la récompense était devenue un concours de buts au point de rendre très étroite la différence entre meilleur buteur et meilleur joueur, deux choses différentes. Modrić simplifie tellement le foot que l’on pense que c’est facile. Il est le Maestro du Real Madrid triple champion d’Europe en titre et de la Croatie que personne ne voyait faire un tel Mondial. C’était son année. Avant le Mondial, CR7 partait favori. Mais, le Mondial a rebattu les cartes en faveur de Lukita.

La déception des champions du monde français

La France n’a pas brillé par un jeu flamboyant mais par « l’esprit de groupe », si cher à son sélectionneur Didier Deschamps. Griezmann a fait une mauvaise Ligue des Champions. La League Europa était une maigre consolation. Il n’a pas fait un grand Mondial. Il peut s’estimer heureux d’être sur le podium. Pour Mbappé, le tournant, c’était contre le Real Madrid. Inoffensif aller-retour. Au Mondial, il a brillé par intermittence. Il n’a pas été constant. La quatrième place qu’il occupe est déjà une belle récompense pour lui, sans oublier le premier trophée Kopa qu’il a remporté. Quant à Varane, il n’est pas un leader charismatique. Il a gagné des titres sans vraiment marquer les esprits. Mais, c’est lui que les français auraient dû valoriser pour justement récompenser sa saison. Il méritait peut-être mieux que sa septième place.

L’absence remarquée de Messi et Ronaldo

Vainqueurs des dix derniers Ballons d’Or avec cinq chacun, Messi et Ronaldo étaient malheureusement absents lors de la cérémonie. Classés respectivement cinquième et deuxième, ils n’ont pas daigné faire le déplacement, ce qui n’est pas normal. Pendant plusieurs années, les autres les ont applaudis et maintenant, ils refusent de renvoyer l’ascenseur, surtout Ronaldo, qui a longtemps côtoyé Modrić au Real Madrid.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *